Recherche korrigans (et chaussettes sèches) désespérément! 
Randonnée de l'Armistice: du 11 au 13 novembre 2010.
MOBIL HOME, SWEET SHIRT
Jeudi 11 novembre, une première équipe de nageurs de combat arrimait en silence ses zodiacs pour l’opération «Armistice», sous les ordres d’Adrénaline Korrigan.
La destination n’était pas le wagon de Rethondes mais le repaire des Talibanbarts, éternels insoumis au confort de la civilisation.
En ma qualité de vétéran et de caution morale, je me dois de rétablir un certain nombre de vérités au sujet de cette expédition quelquefois surréaliste, qui ne fut punitive que pour nos rhumatismes.
- Non Audrey, l’abbaye du Relecq n’est pas ce monument recouvert de faïence blanche et plein de robinets, dans lequel nous avons rompu le pain à l’occasion de la pause méridienne du premier jour.
- Certes il n’est pas inhabituel (litote) que Coco éclate un pneu en cours de randonnade. Ce qui est plus surprenant c’est de voir arriver une demi-heure plus tard, en pleine jungle et sans assistance satellite, un jeune et beau maréchal-ferrant qui dépose son enclume à ses pieds, devant nos yeux hagards quoique embués :
De deux choses l’une, ou bien une collusion amoureuse coco-zitounesque couve en douce, ou bien Coco a assouvi son fantasme qui est de chevaucher Satan après que le sus-nommé maréchal lui a tenu la jambe… affaire à suivre!
- A propos de poignet, celui de votre serviteur ne doit en rien son avarie à un accident de babyfoot. Je rappelle que cet appareil a eu pour seule vocation de suspendre nos chaussettes, cirés, maillots et autres culottes. Babyfoot se dit Tancarville en français.
- Amis Picards, n’écoutez pas la rumeur parisienne, en Bretagne il ne pleut guère qu’entre deux tempêtes, ce qui explique les rares débordements de nos ruisseaux alpestres. Heureusement les qualités amphibies de Cool Brouette ne sont plus à démontrer; elles n’ont rien à envier à celles de Mounique phoque savant, même si notre estafette charolaise se complaît davantage dans le giron du chausson. Que voulez-vous? Il n’est pas du matin Bull Couette.
- Celles et ceux qui ont cru voir des veaux puis des vaches ramasser des champignons dans les bois devraient arrêter la confipote. Pourquoi pas des voitures qui brûlent à Morlaix pendant que vous y êtes!
La féerie a des limites ici aussi, enfin je vous laisse seuls juges…

Remerciements particuliers et appuyés :
- à notre «maman des Compagnons» dont la présence, le réconfort furent constants, dont l’exquise cuisine auvergnate puis potimarronne nous fit si chaud au coeur et au corps!
- à notre guide spirituelle, notre pilote opérationnelle, Adrénaline, Madrée la Nine, dont le courage et la patience ne sont pas eux une légende...
Marc


Voici quelques photos de cette escapade d'otaries mais veuillez nous excuser du flou de certaines d'entre elles (les photos, pas les otaries) car nous ne sommes pas encore équipés en matériel de photographies sous-marines!
Jeudi: les crêtes au Roch' Tredudon et picnic dans les toilettes de l'abbaye du Relecq.






















Vendredi: picnic sous le pont et café dans le Chausson.










Un anniversaire vendredi soir et préparation du départ samedi matin.



























Samedi: picnic au Chaos du Mardoul. Koll Bouëd tire sa flemme.

















Finistours 2010
Premier jour
Le départ de Rando s’est fait à 14 h. Nous sommes passés par divers chemins comme dans la forêt domaniale de Saint-Cadou, où, dans un galop effréné, Chloé a perdu son appareil photo, ou par la montagne…
Deuxième jour
Nous sommes partis vers 9h30 pour conquérir le Roch’ Trévézel. Nous avions une vue imprenable sur les alentours. L’étape du matin a duré 4h. Nous avions bien mérité notre pique-nique qui nous a rassasiés. Nous avons pu bénéficier d’une sieste avant de repartir pour 1h30 à cheval pour rejoindre notre campement.
Troisième jour
Nous avons dû laisser Fiona, boiteuse, pour explorer le Sud Finistère jusqu’à Saint-Herbot. Nous avons aperçu les premiers attelages et croisé beaucoup de différents cavaliers. Une cavalière et sa jument se sont installées à côté de notre camp et Prisca est arrivée pour épauler Fiona.
Quatrième jour
Comme Prisca est venue en renfort, nous avons pu partir à 8 pour découvrir ou redécouvrir la forêt de Huelgoat. Ce soir-là, c’était soir de fête : nous avons pu participer à un petit concert breton où tout le monde s’est mis à danser. Chaque participant a reçu une plaque et un t-shirt Finistours-Equibreizh.
Cinquième jour
En ce dernier jour de l’Equibreizh, nous avons rejoint La Feuillée pour un petit apéritif, puis nous sommes rentrés sur Brennilisoù l’on nous a servi un repas-grillades. Nous avons tous bien mangé, surtout Guillaume, qui a dévoré une saucisse, une merguez, une côte de porc, 3 assiettes de ratatouille et 3 desserts… sans oublier une assiette de salade !
Toute l’équipe de Rando s’est reposée une bonne partie de l’après-midi. Certains cavaliers sont allés visiter « la maison de la réserve naturelle et du castor ». Et quand tout le monde s’est réveillé, les « nains » comme nous appelle Adeline, ont travaillé et les autres ont discuté entre eux…

                                        «La vie est parfois injuste!»
Sixième jour
C’est le jour du départ.
Ce matin, tout le monde s’active sur le camp : il faut ramasser les affaires, démonter les tentes, enlever les paddocks… Enfin bref, tout notre bazar à débarrasser !
Puis vint l’heure du départ : ce matin, Chloé ne se sentait pas bien et nous avons dû partir sans elle. Nous avons marché toute la matinée avant d’arriver chez Marc pour manger. Christine et son « Chausson » sont venus nous apporter à manger. Puis, après un bon repas et une petite digestion tranquille, nous sommes repartis vers Rando en passant par Commana et ses alentours. Vers 16h, nous sommes enfin arrivés « chez nous » ! Nous avons dégusté un bon goûter tous ensemble avant que chacun rentre chez soi.

Une belle aventure qui se termine en beauté!
C.L.  Août 2010
























































































































































Tous nos remerciements à CL pour son texte, ainsi qu'à Gaëlle et Christine pour leurs photos.
De tout cela nous retiendrons aussi que "la vie est injuste" mais que tout de même, on y rigole bien dans les Monts d'Arrée!
A noter également que les cavaliers de Randoloisirs n'en sont pas au point de manger les baguettes de pain rapportées par Maoutig! Non!! La chienne labrador a simplement profité d'un choix difficile: donner le pain sec aux chevaux ou bien à Maoutig? Débat du petit matin.
C'est Maoutig qui a tranché, et grand bien lui fasse!

Finistours, août 2010.



Baignade au Tuchenn.
16 janvier 2010 : Randonnée d’une demi-journée au Tuchenn Gador et moment de détente sous le soleil dans le «Grand Canyon de l’Arrée».
Notre «Grand Canyon de l’Arrée» est en réalité une ancienne carrière qui se situe sur le flanc nord-ouest du Tuchenn Gador et d’où l’on extrayait autrefois le grès armoricain
.